CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Le cri du Désespoir

samedi 18 octobre 2008 par Erich Jean René

Le cri du désespoir - par :
Jean Erich René

Un climat mortifère règne dans les villes d’Haïti frappées par la dernière
ruée de cyclones. Les dégâts ne sont pas seulement physiques mais aussi moraux et psychologiques. Des familles entières sont désespérées. Le découragement se lit aisément sur le visage des sinistrés. Un sentiment d’abandon gagne les esprits fatigués par tant de misères qui préfigurent les versets de l’apocalypse. Plus d’un mois après la catastrophe, les interventions sont pratiquement insignifiantes. Qui pis est, toutes les couches sociales confondues font face au même dilemme. Personne ne peut aider personne. L’ombre d’une entreprise salvatrice éventuelle ne se manifeste pas. La quantité de déblais dans les rues des Gonaïves dépasse les capacités physiques humaines. Qui va donc consoler ces âmes meurtries ?

Inutile de peindre la misère qui s’étale en fresque sur tous les murs de
nos villes. Appesantissons-nous de préférence sur ses conséquences. La
colère qu’inspire le désespoir est une force mobilisatrice très puissante.
Nous appuyons sur la sonnette d’alarme afin qu’un regard plus compatissant soit jeté sur les victimes. Notre intention ce n’est pas de mettre de l’huile sur le feu. Notre motivation s’explique par l’inaction totale du Gouvernement qui ne fait que des semblants d’intervention et des promesses fallacieuses. Pourtant 200 millions de dollars en provenance du Fonds Petrocaribe du Venezuela, ont été décaissés en faveur des sinistrés.

Qu’a-t-on fait d’une telle somme ? Partout on se plaint de l’indolence du
Gouvernement. Ce n’est pas un cadeau c’est une dette contractée auprès du Gouvernement vénézuélien à un taux faible bien sûr mais remboursable dans 25 ans.

Quel que soit le prêt il grève d’hypothèque l’avenir de la jeunesse. Ce
sont les prochaines générations qui vont payer des taxes pour rembourser les prêts de Petrocaribe. Ce ne sont pas les oignons des acteurs actuellement au pouvoir car dans ¼ de siècle ils seront bien loin d’ici.

Avec des irresponsables au pouvoir la ruine de l’économie haïtienne n’en
finira pas. La corruption ne s’arrête pas seulement au niveau de
l’Exécutif, elle gangrène aussi le Législatif. Le scandale de l’ONA dans
lequel est trempé le Président du Grand Corps, les chèques de 5 millions de gourdes destinés aux députés pour l’aide aux sinistrés sont autant de motifs qui nous portent à désespérer du sauvetage national. La corruption est partout dans l’administration publique. C’est par la tête que commence à pourrir le poisson. La décadence d’Haïti vient d’en haut.

« Il faut un minimum de bien-être matériel pour pratiquer la vertu » nous
dit St Thomas d’Aquin. Un peuple abandonné à lui-même, pressé par la faim se foute des barrières morales surtout quand il constate que les dirigeants publics n’en ont cure. Ils détournent au su et au vu de tout le monde les deniers publics sans être arrêtés ni même intimidés. Quelle pédagogie plus efficace pour l’extension de la corruption, la pratique du vol et du kidnapping. Chacun se débrouille à sa façon pour joindre les deux bouts.

Nos parlementaires n’affichent aucun décorum. Il est vraiment humiliant
d’apprendre qu’ils se restaurent à même la cantine communautaire du Palais Législatif. Si les députés et les sénateurs sont traités en défavorisés comment peuvent voler au secours de leurs mandants. C’est une erreur capitale de donner la charge de distribuer des aliments à quelqu’un qui n’a pas de quoi manger. Il va commencer par lui-même ses proches, ses maîtresses et ses amis. Finalement après tant de divisions, le dividende est réduit à néant. Çà ne va plus et on n’a qu’à mettre zéro au quotient.

Les populations sinistrées sont à la veille de se rebeller. Une haine
grandissante les habite. Les fausses promesses les énervent davantage.

Entretemps sur les ondes, nos journalistes font quotidiennement le décompte de l’aide reçue mais qui n’est jamais arrivée à sa vraie destination. L’immobilisme du Gouvernement ne laisse espérer aucun avenir pour la jeunesse haïtienne. Dans un pays qui reçoit des millions de dollars d’aide de l’étranger, on s’explique difficilement comment les familles traînent encore leurs besaces de galerie en galerie. Les graines de la discorde sont déjà semées, la récolte est proche. Bientôt le cri du désespoir fera trembler les murs de Jéricho.








Accueil | Plan du site | info visites 329521

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Gouvernance  Suivre la vie du site La Fonction Publique   Politique de publication

Haitimonde Network