CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Les quelque 10 000 policiers haïtiens font l’objet d’enquêtes

mercredi 30 octobre 2013 par Administrator

Consciente qu’elle doit obtenir la confiance de la population, la Police nationale d’Haïti a fait mardi un état des lieux des nombreuses enquêtes internes ayant trait au travail des policiers. L’Inspection générale de la Police nationale d’Haïti (IGPNH) a également publié des statistiques sur les cas d’inconduite graves de représentants des forces de l’ordre de janvier à septembre 2013.

Les quelque 10 000 policiers haïtiens, ainsi que les civils qui travaillent à la PNH, ont été l’objet, de janvier à septembre 2013, de 8 463 dossiers d’enquête, dont 5 673 se sont avérés non avenus. L’inspection générale a également reçu, pour la même période, 412 plaintes de citoyens pour abus d’autorité, abus de confiance, escroquerie, homicide, pertes d’armes ou fautes contre la discipline.

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse tenue mardi dans les bureaux de l’IGPNH. Selon le commissaire divisionnaire Jean-Marc Wilkens, porte-parole de l’institution, 834 policiers ont été convoqués par leurs pairs afin de participer à un processus d’examen minutieux (vetting). Il a dit que le résultat de toutes ces enquêtes sera publié à la fin du mois de novembre prochain.

Pour ce qui concerne les deux derniers incidents impliquant des policiers et qui ont défrayé la chronique en octobre - celui du policier de la sécurité rapprochée du président qui a frappé le journaliste de Radio Kiskeya, Rodrigue Lalane, et celui de l’homme de 48 ans arrêté en pleine relation sexuelle dans sa voiture avec une jeune fille de 14 ans et dont la photo a fait le tour du monde sur l’internet -, le commissaire s’est contenté de dire que l’inspection générale a été saisie de ces dossiers.

Selon lui, l’inspection générale ne dissocie pas ces deux incidents, qui constituent une allégation d’atteinte à la sécurité physique et une allégation d’atteinte à la dignité humaine. Il a fait savoir que l’action disciplinaire que l’IGPNH prend dans le cadre de ces dossiers est liée à l’article 2-21 des Règlements de discipline générale, qui prévoit 40 jours de suspension sans solde contre les policiers fautifs. Une révélation qui a provoqué la grogne des journalistes présents à la conférence quand ils ont appris la sentence maximale qui pèse potentiellement sur le bourreau de leur confrère...

Le commissaire a tenu à préciser qu’une victime d’un abus de pouvoir policier est libre d’envisager d’autres actions au niveau de la justice. « Pour une même faute, a-t-il ajouté, un policier peut encourir trois types de sanctions : une sanction disciplinaire, une sanction statutaire et une sanction pénale qui relève de la compétence de la justice. »

Le vetting est une enquête de moralité et d’intégrité sur les policiers, le personnel civil qui travaille dans l’institution policière et les aspirants policiers. Selon le porte-parole, l’objectif de ces enquêtes est d’arriver à moraliser et à assainir l’institution pour établir un climat de confiance et gagner ainsi le respect de la population.

Cette enquête touche les policiers suivant leurs promotions respectives. Pour la 24e promotion, par exemple, celle-ci a porté sur 1 102 policiers, parmi lesquels 1 068 ont été exonérés et 34 carrément renvoyés.

Le porte-parole de l’IGPNH a indiqué que ce nettoyage va continuer jusqu’à ce que l’ensemble des employés de la PNH soient touchés par l’enquête. « Une fois le processus terminé pour les employés, chaque personne qui veut entrer dans la police devra subir une enquête préalable avant son admission. »

Le commissaire Wilkens a indiqué que l’inspection générale a créé une unité de vetting et d’intelligence, afin de prendre le relais des officiers des Nations unies. « Cette unité compte deux aspects importants, le vetting proprement dit qui va continuer sur les aspirants policiers et l’aspect d’intelligence qui permettra d’enquêter, de manière particulière, sur un policier donné à n’importe quel moment. »

Bertrand Mercéus

merceusb@yahoo.fr








Accueil | Plan du site | info visites 407565

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network