CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com
Accueil > ECONOMIE & SOCIETE > Thématique > Thématique

Thématique

Articles de cette rubrique


GÉRER LES MIGRATIONS DE TRAVAILLEURS HAUTEMENT QUALIFIÉS - Par : Jonathan Chaloff et Georges Lemaitre (Affaires Sociales)

mercredi 25 mars 2009 par William Toussaint

DOCUMENT DE TRAVAIL DE L’OCDE : QUESTIONS SOCIALES, EMPLOI ET MIGRATION N° 79
GÉRER LES MIGRATIONS DE TRAVAILLEURS HAUTEMENT QUALIFIÉS : UNE
ANALYSE COMPARATIVE DES POLITIQUES MIGRATOIRES ET DES ENJEUX DES
MIGRATIONS DANS LES PAYS DE L’OCDE
Jonathan Chaloff et Georges Lemaitre



Le Point sur l’explosion des dépenses du gouvernement fédéral américain - Par : Michel Kelly-Gagnon, président de l’IEDM | Mars 2009 (Economie Internationale)

mercredi 25 mars 2009 par William Toussaint
On entend souvent dire que la présidence du républicain George W. Bush fut caractérisée par une réduction de la taille de l’État et qu’il s’agit d’un exemple classique « d’échec du laissez-faire ». Pourtant, un simple examen des dépenses du gouvernement fédéral américain pendant les huit ans de (...)


La récession mondiale pèse lourdement sur le Canada - Par : Pedro Antunes (Economie Internationale)

vendredi 27 février 2009 par William Toussaint

Note de conjoncture canadienne – Résumé Hiver 2009

Faits saillants

• Aux États-Unis, les ménages, écrasés par les pertes de l’immobilier
et des marchés boursiers et, qui plus est, freinés par la
pénurie de crédits, réduiront fortement leurs dépenses en 2009.

• La crise mondiale entraînée par les États-Unis a des répercussions
profondes sur notre secteur du commerce extérieur — ce
qui, associé à une demande intérieure faiblissante, conduira notre
économie à la récession en 2009. À compter du quatrième
trimestre de 2008, l’économie du Canada devrait se contracter
pendant trois trimestres consécutifs, ce qui générera une baisse
de 0,5 p. 100 du PIB réel cette année.

• On s’attend à ce que les incitations fiscales offrent un certain
soulagement aux États-Unis et au Canada, même si les détails
restent à définir.

• Des taux de crédit extrêmement bas et une injection massive
de liquidités semblent avoir stabilisé les marchés financiers.
Cependant, il est encore difficile d’obtenir du crédit, en particulier
pour les entreprises et les ménages américains.

• La chute brutale des prix des matières premières et la baisse de
confiance des entreprises entraîneront un déclin des investissements
des entreprises et de l’emploi du Canada.

• Le dollar canadien devrait rester relativement stable par rapport
au billet vert et sa valeur devrait s’établir à 83,5 cents américains
en moyenne en 2009.



Réforme internationale des politiques financières, et solutions offertes au Canada - Penser globalement, agir localement - Par : Paul R. Masson et John Pattison (Economie Internationale)

vendredi 27 février 2009 par William Toussaint

Les appels à une restructuration du capitalisme
mondial sont malvenus, mais un renforcement de
la réglementation et de la surveillance nationales
s’impose pour éviter que la récente débâcle
financière ne se reproduise.
Il convient d’étendre le cadre de réglementation
à un plus large éventail d’institutions financières,
de mieux aligner les besoins en capital sur les
risques sous‑jacents, de rendre plus transparents
les instruments financiers complexes, et d’obliger
les initiateurs de ces derniers à s’exposer aux
risques qui en découlent.



THÈME : LA CRISE FINANCIÈRE AMÉRICAINE – « ANALYSE ET SOLUTIONS » (Economie Internationale)

mercredi 25 février 2009 par Emmanuel Dieudonné Kaldjob
LA CRISE FINANCIÈRE AMÉRICAINE – « ANALYSE ET SOLUTIONS » Communication du professeur : Emmanuel Dieudonné Kaldjob C’est avec beaucoup d’intérêt que je vais vous livrer mes impressions en tant qu’économiste et mon sentiment personnel du phénomène en question. Mais avant, je remercie sincèrement le (...)


Le keynésianisme de Keynes - Paru dans le Monde, par : Nicolas Baverezest économiste et historien (Economie Internationale)

mardi 24 février 2009 par William Toussaint
John Maynard Keynes est l’homme de l’année 2008. La crise du capitalisme mondialisé donne une singulière actualité à ses analyses et à ses principes de politique économique, enterrés depuis la stagflation des années 1970, puis son dénouement par l’application des préceptes monétaristes à partir des années (...)


Un Homme pour Toutes Saisons - Maynard Keynes - Par : John B. Judis (Economie Internationale)

mercredi 18 février 2009 par William Toussaint

Quand l’économie va au sud, un nom apparaît immanquablement sur les lèvres d’experts et d’économistes : John Maynard Keynes. Cela est parce que le vingtième plus grand économiste du siècle est généralement associé avec l’idée que les marchés exigent que l’intervention de gouvernement afin de fonctionner convenablement. Pendant les temps de boom, quand le marché semble travailler, personne a n’importe quel usage pour le scepticisme de Keynes vers le capitalisme effréné. Mais, pendant les récessions — quand l’économie meule à un arrêt et à Washington a soudain l’air de la seule chose qui il peut épargner — Keynes apprécie immanquablement une renaissance. La crise économique actuelle, notre pays pire depuis la Grande Dépression, n’est pas d’exception. Tout le monde, il semble, a dépensé les mois passés redécouvrant Keynes.



Le retour de Keynes - Par : Alain Noël (Economie Internationale)

mercredi 11 février 2009 par William Toussaint
A partir de 1980 », notait l’économiste de Princeton Alan Blinder, « il est devenu pratiquement impossible de trouver aux États-Unis un économiste universitaire de moins de 40 ans se définissant encore comme keynésien ». Pour les héritiers de John Maynard Keynes, la déroute semblait alors presque totale. (...)


Rapport sur le développement dans le monde 2009 - Par : La Banque mondiale (Indicateurs Economiques)

mardi 10 février 2009 par William Toussaint

L’expansion des villes, la mobilité des personnes et la spécialisation des produits font partie intégrante du développement. Ces transformations
sont particulièrement évidentes en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest, et en Asie du Nord-Est. Mais les pays de l’Asie de l’Est et du Sud et de
l’Europe de l’Est passent aujourd’hui par des transformations similaires quant à l’ampleur et à la rapidité. Le Rapport sur le développement
dans le monde 2009 : Repenser la géographie économique, conclut que ces transformations demeureront la clé du succès économique dans
d’autres parties du monde en développement et qu’il faut les encourager



Keynes, une économie politique du capitalisme financier ? - Par : Christian Tutin , Université des Antilles et de la Guyane j PHARE (Economie Internationale)

lundi 2 février 2009 par William Toussaint

Pour Keynes, le blocage de l’investissement à l’origine du chômage massif résulte du fonctionnement normal du système monétaire et financier. Parce qu’elle entraîne l’absence d’ajustement automatique de l’investissement et de l’épargne, l’indépendance du taux d’intérêt par rapport à l’épargne courante joue un rôle décisif dans cette explication. La récursivité du modèle keynésien repose ainsi entièrement sur la théorie monétaire de l’intérêt, malheureusement inacceptable en l’état. Trois pistes ont été ouvertes par Keynes pour justifier l’autonomie de l’intérêt : la notion de double circulation, introduite dans le Traité de la monnaie, le processus d’alignement des taux de rendement sur le taux monétaire présenté au chapitre 17 de la Théorie générale, et la notion de convention financière du chapitre 12, portant sur l’évaluation nominale du stock de capital. Cette dernière semble la plus prometteuse. Elle débouche sur l’idée que ce sont les marchés financiers, en tant que marchés de stocks, qui imposent une contrainte globale à l’investissement, rompant ainsi le jeu des interdépendances, en même temps qu’ils rendent les entrepreneurs dépendants d’une évaluation nominale de leur capital qui leur échappe. Suivre cette piste implique l’abandon de la théorie monétaire de l’intérêt telle que l’a formulée Keynes au profit d’une théorie du capital financier.



Accueil | Plan du site | info visites 317482

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ECONOMIE & SOCIETE  Suivre la vie du site Thématique   Politique de publication

Haitimonde Network