CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Ce pays est-il foutu ? - Par : Jean Erich René

mardi 20 octobre 2009 par Erich Jean René

Ce pays est-il foutu ? - Par : Jean Erich René

Il est donc clair et évident pour tout le monde que le vote en Haïti ne traduit nullement l’expression des préférences de la majorité des citoyens. Le truc est simple. Il s’agit de graisser la patte de certains tueurs à gage, connus de tous excepté de nos dirigeants, pour terroriser les honnêtes gens. Grâce à la politique du béton, le bail du Palais National et les cocardes du parlement échoient aux derniers de notre classe et de notre race, aux béotiens et, aux dealers de drogue. Cette politique du nivellement par le bas est suicidaire. Combien de fois a-t-on assisté au scandale du narcotrafic à la Chambre Haute et au sein du staff de la PNH. Rappelons que deux présidents du Sénat ont été impliqués. L’un d’entre eux a été enchaîné comme un forçat et traîné dans une prison de Fort Lauderdale à Miami. Même les aveugles voient la combine !

Il est temps de sortir de ces fourches Caudines, ce caudus ou chemin de la honte dont parlaient les Romains. Non ! Haïti mérite beaucoup plus. Nous pouvons offrir mieux que ce ramassis de fripons qui ne font que détruire une Nation pour partager ses dépouilles. Notre silence complice les encourage à poursuivre leurs forfaits. Ils se croient autorisés à nommer leur successeur La crainte d’être traîné ultérieurement sur le tapis rouge, pour répondre de leurs crimes commis au su et au vu de tous, les force à se cramponner au pouvoir. Ils ont tué, volé, pillé, gaspillé les richesses nationales et s’apprêtent à continuer leurs forfaits. Presque tous les Rois et les Chefs d’État ont leur comportement cochon mais il y en a qui ont laissé des œuvres impérissables qui font oublier momentanément certains aspects peu reluisants de leurs règnes.

Le Roi Henri Christophe est connu pour sa tyrannie mais pendant les deux siècles de notre existence de peuple, les imposantes constructions de la Citadelle Laferrière et du Palais de Sans Souci, l’ordre, la discipline et ce sentiment de dignité qui primaient dans son Royaume font encore l’orgueil de tous les Haïtiens en général et des gens du Nord en particulier. Nous ne pouvons pas définitivement nous laisser tétaniser par la tyrannie politique des acrobates d’une philosophie politique délétère pour la Nation Haïtienne. Comme à Vertières, il nous faut une remontée d’adrénaline pour sauter l’obstacle qui se dresse devant nous et qui nous porte à marcher à reculons depuis près de 20 ans. Tandis qu’ils sont en train de livrer les caisses de l’ONA à leurs maîtresses et leurs sicaires, la localité de Baie d’Orange est en train d’enterrer 28 enfants morts de malnutrition.

Nous ne devons plus tomber dans le piège des élections taillées sur mesure avec un CEP trafiqué. René Préval n’a pas été élu en 2006.La mascarade des dernières élections sénatoriales est un constat général. Allons-nous poursuivre la route avec les mêmes fossoyeurs, armés des mêmes pioches, sous les ordres de Macchabée. Il n’a aucune sensibilité, aucun sens de la mesure, sans une vision pour une Nation qu’il dirige depuis 18 ans ? Sa triste sirène comme un tocsin retentit sur toute l’étendue du territoire national. C’est le règne de l’arbitraire ! Les droits de propriété sont piétinés. Les critères de compétence sont froissés et jetés à la poubelle. Moralité est une relique d’un passé révolu. L’enrichissement illicite et sans aucune gêne devient la règle cardinale de la croissance rapide de ces champignons qui pullulent l’espace haïtien à la faveur de ces pluies lavalassiennes et prévalassiennes.

Comment contourner de telles difficultés et dégager la voie de ces gravats qui encombrent le macadam ? Dans son livre : « Exit, Voice and royality » (Cambridge, Mass, Havard University Press, 1970, page 302) Hirschman A.O a présenté une typologie auto-stoppeuse de l’anarchie. Il nous invite lors des élections à changer de modalités d’expression. Au lieu des bouillons populaires, des vaccines, invitons les électeurs à voter pour les candidats qui ont des programmes de gouvernement orientés vers le progrès national. La motivation sociale est l’oraison funèbre la plus redoutable, la plus redoutée et de fait, la plus expéditive des démons du pouvoir en Haïti. Nous devons nous organiser en groupe de pressions pour modifier le cours des prochaines joutes électorales. Nous ne devons accepter ni avaliser aucun candidat sous le label de « Pitit So Yet », « Se yon bon gason », foutaise ! Le meilleur candidat aux prochaines élections sera identifié par le réalisme de son programme politique. Il doit expliquer comment il va faire en 2011 pour :

1. produire 4.989.360 TM d’aliments pour nourrir 10.000.000 d’habitants,

2. réhabiliter notre environnement dont 1.629.220 hectares de nos bassins versants, sont en voie de dénuement sur les 2.775.000 hectares qui constituent le Territoire,

3. résoudre le problème d’accès à l’Université à ces jeunes assoiffés de savoir,

4. fournir les soins de santé non seulement à sa localité mais à :

a) 82 sections communales dans le Nord

b) 38 sections communales dans le Nord Ouest

c) 36 sections communales dans le Nord Est

d) 65 sections communales dans l’Artibonite

e) 34 sections communales dans le Centre

f) 173 sections communales dans l’Ouest

g) 47 sections communales de la Grande Anse

h) 69 sections communales du Sud

i) 50 sections communales du Sud-est

j) 37 sections communales des Nippes

Les Haïtiens et les Haïtiennes de Damassin, Fond-Rouge-Dahère, Bocozelle, Pont Tamarin, Roche-Plate, Boucan-Michel, Nan-Réserve, Camathe, Trou Chouchou etc. seront-ils toujours exclus. Lorsque la majorité nationale est enfermée dans le ghetto de la tyrannie politique des Sans Manman, il faut bander nos énergies pour briser la chaîne. La mobilisation est le moyen le plus certain pour se dégager du carcan qui nous étrangle afin d’obtenir le maximum d’efficience au sens de Pareto. Sans la satisfaction des besoins fondamentaux à quoi bon d’appuyer des candidats sans aucune lecture ni écriture sans aucun programme de gouvernement que : Plumer la poule. Nous n’allons jamais sortir du bois. John Fitzgerald Kennedy, Président des USA disait : « Un pays ou les hommes de bien n’arrivent pas à déployer la même stratégie que les vagabonds, c’est un pays foutu »








Accueil | Plan du site | info visites 331538

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network