CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Déficit EDH et TELECO - Par : Jean Erich René

mardi 26 mai 2009 par Erich Jean René

Déficit EDH et TELECO - Par : Jean Erich René

Sous prétexte que nos entreprises publiques sont déficitaires, l’EDH et la
TELECO (partiellement), le CIMENT D’HAITI, la MINOTERIE D’HAITI ont été
privatisés. D’autres entreprises étatiques comme l’ENAOL, la HASCO, la
CENTRALE DESSALINES des Cayes, WELCH la CENTRALE SUCRIERE du NORD ont été
fermées. Nous ne pouvons pas étudier chaque cas de manière spécifique.
Nous allons faire le focus sur la TELECO et l’EDH qui font depuis un mois
l’objet des interrogations de notre correspondant Wesly Deguerre.

1.- TELECO

Au prime abord disons que la TELECO n’a jamais été déficitaire. Lorsqu’on
consulte les livres de comptabilité de la TELECO, en 1986 elle dégageait un
profit de 15 millions de dollars par an. Son chiffre d’affaires
annuellement s’élevait à 60 millions. L’avenir de la TELECO était
prometteur puisqu’il y avait 200 mille demandes de connection en
souffrance. La TELECO n’a pas eu recours aux prêts internationaux pour
financer son fonctionnement. Elle dégageait suffisamment de fonds propres
pour installer au fil des ans ses Centrales dans toutes
nos villes de Province : Cap, Cayes, Jérémie, Gonaïves, Port de Paix etc.

A la faveur de la Politique néolibérale lancée par Margareth Thatcher et
Ronald Reagan, le FMI et la Banque mondiale en prônant le libre échange et
la privatisation ont joué à Haïti le tour du Renard au Corbeau pour faire
tomber le fromage de son bec, en lui disant que la TELECO n’est pas
rentable. En 1991 après le coup d’état d’Aristide, Bill Clinton a bloqué
les recettes en devises américaines de la TELECO au profit de Jean Bertrand
Aristide et de ses ministres en instituant un Gouvernement en exil. C’était
la première hémorragie qu’a connue la TELECO parce que les appels aux USA
constituent la plus grande partie de nos recettes internationales en
dollars américains, partant le financement de nos importations et le plus
grand levier de la cote de notre gourde.

En 1995 des Entrepreneurs de Télécommunications américains au moyen d’une
société nommée FUSION ont obtenu la concession d’un Terminal d’appels en
Haïti. Ainsi surgissent les compagnies de Téléphone cellulaires, Comcel,
Haitel, etc. qui viennent prendre leurs parts du gâteau de la TELECO.
Grace à un accord secret conclu entre Jean Bertrand Aristide et IDT un taux
de 9 centimes leur est accordé contrairement au taux de 23 centimes fixé
par le règlement international. IDT, Skytel et Fusion sont chargés de
déposer de l’argent dans un compte identifié sous le nom de Mont Salem aux
Iles Turques et Caïcos au profit de Jean Bertrand Aristide. Jusqu’à présent
on continue de traire la TELECO comme une vache à lait. Un audit réalisé
par le Gouvernement Intérimaire de Gérard Latortue a confirmé le pillage de
la TELECO.

2.- EDH

L’EDH a toujours été déficitaire pour les raisons suivantes :

a) Le problème est d’ordre technique

La nucléarisation de ses Unités de production d’électricité est la plus
grande difformité de sa configuration parallèle et une source de
gaspillage. Pour être plus clair il n’y pas un EDH mais plusieurs EDH sans
aucune liaison au niveau de la production électrique. Chaque ville de
province a ses moteurs avec ses lignes de distribution indépendantes.
Notons que pour des raisons purement techniques chaque moteur ne peut pas
fonctionner à full capacity. Il résulte un déficit de production d’énergie
par rapport au rendement de chaque moteur. Additionnons les pertes en
énergie enregistrées au niveau de chaque ville de province traduites en
déficit par rapport aux dépenses engagées pour assurer le fonctionnement de
chaque moteur. C’est pourquoi seule la Centrale électrique de
Port-au-Prince était rentable grâce à la Centrale Hydro-électrique de
Péligre, de Drouet, de Saut Mathurine, les Centrales à Mazout de Carrefour
et de Varreux et surtout le nombre d’abonnés solvables. Une seule Plante
électrique avec des relais, suffit pour électrifier Haïti et assurer la
rentabilité de l’entreprise.

b) Le problème est d’ordre administratif

Avec des mécaniciens, des techniciens et une administration avec un
Directeur, un service de comptabilité, un parc automobile etc., imaginez
les charges consenties en additionnant toutes ses unités de province à la
Capitale. Soulignons que selon les cahiers de charge de l’EDH, les unités
des villes de province n’arrivent pas à couvrir leurs coûts de
fonctionnement. Les dépenses sont toujours supérieures aux recettes parce
qu’il n’y a pas suffisamment d’abonnés. Les Centrales électriques des
villes de Province ne sont pas rentables. Malgré tout il faut donner
l’électricité qui devient un instrument politique capable de soulever nos
populations et renverser le Gouvernement. Chaque mois, on puisait dans les
fonds de la TELECO pour couvrir les déficits de l’EDH. Avec le parasitage
de ses lignes par les Compagnies américaines IDT, Skytel et Fusion qui
sucent son sang la TELECO devient peu rentable et l’EDH est mise KO.

c) le problème est d’ordre financier

L’électricité est un bien collectif c’est-à-dire indispensable à tout le
monde. L’État doit veiller à sa distribution en tenant compte du pouvoir
économique des ménages. Tel n’est pas le cas en Haïti. D’où la multiplicité
des prises clandestines et la fréquence des courts-circuits et des
électrocutions. Financièrement l’Administration de l’EDH devrait être un
monopole discriminant. En conséquence, elle devrait décaler le prix du
kilowatt en fonction des revenus afin d’égaliser les chances. A ce compte
le mode de collecte doit être divisé en plusieurs fourchettes. En un mot il
faut une politique administrative et financière de l’EDH plus appropriée à
notre société.

3.- Quelles sont les pistes de solution

a) pour la TELECO il revient à l’État haïtien de :
- renverser les vapeurs en révoquant ce contrat frauduleux signé par les
Compagnies américaines qui versent des prébendes à Aristide dans le Compte
Mont Salem, aux Iles Turques et Caicos. A ce sujet il faut réactiver
l’enquête de New jersey suspendue par le gouvernement de René Préval sous
prétexte de manque de fonds. Les valeurs volées doivent être remboursées.
- rétablir les lignes de téléphone fixe en augmentant leur nombre
- Taxer à la marge les compagnies de téléphone cellulaire
- Exiger leur collationnement grâce à leur interconnexion au niveau de la
Centrale de la TELECO afin d’éviter que chaque client ait en main 2, 3, 4
téléphones cellulaires pour communiquer entre eux. Ce spectacle indécent
n’est vu nulle part dans le monde qu’en Haïti.

b) pour l’EDH il nous faut adopter une autre typologie de développement.
Haïti doit tourner définitivement le dos à l’énergie fossile. Les
combustibles comme le charbon, le bois,la gazoline, le gasoil, le kérosène,
le propane etc. sont polluants et coûtent trop cher. De plus, ils sont
responsables de la destruction de notre environnement. Haïti est un diamant
tombé de la bague de Dieu dans le Bassin des Caraïbes. Nous sommes placés à
un carrefour où tous les facteurs qui concourent à la production de
l’énergie propre sont à notre portée. Malheureusement on a inculqué au
Peuple haïtien la haine de l’élite économique et l’irrespect des nantis du
savoir qui sont obligés de s’expatrier. Aucun pays ne fonctionne avec des
dirigeants illettrés, farceurs, voleurs, vengeurs, grands mangeurs, nageurs
etc. Haïti a à sa portée deux privilèges exclusifs pour produire
suffisamment d’électricité sur toute l’étendue du territoire et même en
revendre à d’autres pays de la Caraïbe :

- l’énergie solaire

Selon une étude internationale réalisée par la COVIS sur toute l’étendue
de la planète. En Amérique l’Ile d’Haïti a battu le record du plus fort
taux d’insolation grâce à sa position subéquatoriale ce qui signifie
qu’elle est proche de la ceinture de la terre qu’on appelle équateur
c’est-à-dire sur le trajet principal du soleil. Un pays comme le Canada
envie la position géographique d’Haïti. Au Québec on multiplie les efforts
pour fournir l’électricité à l’aide de l’énergie solaire. Mais on s’est
rendu compte qu’il n’est pas possible à l’année longue. En hiver même les
rayons du soleil sont froids tandis qu’en Haïti pendant 365 jours et de 6
heures du matin à 6 heures du soir le soleil brille toujours.

Pour produire l’énergie solaire il faut fabriquer des capteurs d’énergie.
Leur fabrication coute très cher à cause d’un facteur limitatif qui n’est
autre que la silice très rare dans les autres pays. En Haïti la région de
Thiotte aussi bien que le département de la Grand’ Anse abondent en mines
de silicium. Il nous suffit de nous procurer les appareils d’extraction de
la silice. Chaque maison en Haïti, y compris nos sections rurales, peut
produire plus d’électricité qu’elle n’en a besoin pour leur service
domestique. Il existe des pompes à eau à énergie solaire pour la douche et
l’arrosage des jardins. Pour être plus convaincu, allez à Sacramento en
Californie et vous découvrirez le miracle de l’énergie solaire. Le cout est
élevé ailleurs parce que nous avons des avantages comparatifs en ce qui
concerne les matières premières.

- l’énergie éolienne

Le facteur vent constitue une possibilité immense d’électrification en
Haïti. C’est l’avenir de la production électrique au Québec où le
Gouvernement sans se préoccuper des propriétaires des espaces disponibles
plante les éoliennes qui produisent de l’énergie à bon marché. N’oubliez
pas qu’Haïti est un pays montagneux. Allez donc dans le Nord Ouest vous
allez découvrir la force du vent. Dans le Nord Ouest, Morne Vent ralentit
le déplacement des voitures à cause du souffle du vent. Faites un voyage
dans la Grand’ Anse pour apprécier les effets du Nordée dont les
bourrasques coulent les embarcations,sans compter régulièrement la brise du
matin et celle du soir.

- l’hydrolienne

Des hélices ou des turbines sont placées dans l’axe de ces autoroutes de
la mer, sur les cotes et dans l’embouchure des rivières Les courants marins
représentent une autre source de production d’énergie propre à bon marché
qu’expérimentent les nations les plus favorisées du Monde. Par une chance
insolente, Haïti est l’unique pays de la Caraïbe et de l’Amérique après le
Mexique placé sur le parcours de ce courant marin appelé GULF STREAM qui
passe proche des côtes de l’Anse d’Hainault et du Môle St Nicolas et qui
soit capable d’actionner sans frais nos turbines.








Accueil | Plan du site | info visites 317980

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network