CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Discours Du Président de la République,

samedi 15 février 2014 par Administrator

S. E. M. Michel Joseph Martelly sur l’état de la Nation
Palais Législatif, 13 Janvier 2014

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Monsieur le Vice-président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale,
Honorables Sénateurs de la République,
Honorables Députés du Peuple,
Monsieur le Président et juges de la Cour de Cassation,
Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames, Messieurs les membres du Cabinet Ministériel,
Mesdames, Messieurs les Chefs de Mission diplomatique,
Madame la Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’Organisation des
Nations Unies,
Mesdames, Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,
Distingués Invités,
Chers compatriotes,

C’est toujours un honneur de me présenter par- devant cette auguste Assemblée pour délivrer, conformément aux voeux de l’article 151 de la Constitution, mon message à la nation et saluer l’une des expressions de notre démocratie : la rentrée parlementaire. A travers vous, Honorables Parlementaires, j’ai l’occasion de partager avec la nation mon évaluation sur les avancées réalisées par l’Etat haïtien et les perspectives pour l’année à venir. C’est, en sus, ma vision et mes ambitions pour notre pays. C’est la seule occasion qui m’est véritablement offerte de m’adresser directement et publiquement à l’ensemble des parlementaires.
En ce moment privilégié, je renouvelle une fois de plus ma volonté de poursuivre le dialogue, d’assurer la cohésion entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire afin que l’appareil d’Etat se mette à la hauteur de sa mission. Je souhaite du plus profond de mon coeur que cette année au cours de laquelle nous célébrons le 210ème Anniversaire de l’Indépendance Nationale soit « l’année de l’unité retrouvée ». Mon rêve pour Haïti est celui d’un pays fort, d’un peuple uni et solidaire, d’une Nation souveraine, soucieuse d’affirmer son identité et décidée à se forger un destin différent et meilleur. Pour le réaliser, aucune alternative n’existe à l’unité de notre Nation. Fort de cette certitude, je ne conçois pas d’autre approche, dans la conduite de la barque nationale, qu’une coopération intelligente et constructive entre les pouvoirs.

Honorables Parlementaires,
Mesdames, Messieurs,
L’oeuvre de reconstruction nationale est une entreprise de longue haleine, parsemée d’impondérables. Mais au prix d’un effort commun, la réalité finira par rattraper le rêve.
Haïti se porte mieux aujourd’hui. Oui ! Haïti se porte mieux, même si la bataille doit continuer avec beaucoup plus d’ardeur. Et c’est unis que nous allons devoir la mener pour apporter les réponses nécessaires aux problèmes de la population.

Durant l’année 2013, j’ai gardé le cap sur le dialogue constructif, l’édification de l’Etat de droit, les politiques qui soulagent la population de la misère et de l’ignorance, tout en veillant à ce que soient exécutés des projets favorisant une relance économique porteuse de croissance, d’emplois et de développement durable.

Le Premier Ministre vient de vous entretenir sur les réalisations du Gouvernement qui correspondent aux objectifs que j’avais fixés lors de mon accession à la présidence et aux engagements pris lors de ma dernière intervention devant cette Assemblée. Des progrès importants ont été accomplis dans de nombreux domaines, notamment : infrastructures, énergies renouvelables, éducation, tourisme, santé, investissements privés, gouvernance ; les perspectives pour 2014 sont rassurantes dans la mesure où une entente pourra être rapidement obtenue sur un nouveau budget.

Honorables Parlementaires,
Mesdames, Messieurs,
Tout d’abord, je suis heureux de constater que les efforts du gouvernement et de la Banque centrale pour conserver et renforcer la stabilité macroéconomique commencent à porter leurs fruits. Au cours de l’année écoulée, l’économie haïtienne a enregistré un taux de croissance de 4,3% suite à la bonne performance de la production agricole, au dynamisme du secteur de la construction, à la hausse de la production industrielle, en particulier, de la sous-traitance et à la relance du secteur touristique.Cette performance a été favorisée par des flux d’investissements publics importants qui ont catalysé les investissements privés. La politique monétaire conjuguée aux effets de la hausse de l’offre agricole, de la baisse des prix alimentaires sur le marché international et de la stabilité du taux de change a favorisé le ralentissement du rythme de croissance de l’inflation pour ramener son taux, en glissement annuel, à 4,5 % en septembre 2013 contre 6,5 % en septembre 2012. Ces bonnes performances ont pourtant été réalisées dans un contexte où les dons externes ont connu une baisse de près de 30% par rapport à l’exercice précédent.
Les perspectives macroéconomiques pour l’année 2013-2014, en particulier la stabilité des prix et du taux de change, demeurent donc encourageantes dans la mesure où les prévisions au niveau international tablent sur une relance de l’économie mondiale et que les indices de l’augmentation de la production nationale sont prometteurs.

En effet, sur le plan du financement de l’économie, les mesures de stimulation du crédit à la production ciblant des secteurs compétitifs, devraient permettre une augmentation du crédit à la production aux agents économiques. Cette évolution devrait induire des effets positifs sur la croissance et l’emploi. Elle favorisera aussi, en toute probabilité, une réduction de la demande de devises liée aux importations de biens de consommation au profit de la production nationale et des importations de biens d’équipement.

Honorables Parlementaires,
L’éducation restera la priorité de mon administration pour l’année 2014. Tout sera fait pour valoriser les écoles nationales afin de doter le territoire d’écoles qui font honneur à la République.

Avec plus de 14% du budget national consacré à l’éducation, le gouvernement continuera avec les grands chantiers éducatifs tels la réforme de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire, la consolidation de la formation aux métiers en milieu scolaire, la poursuite avec la formation des maîtres, le renforcement et la consolidation du Programme de scolarisation universelle, gratuite et obligatoire (PSUGO) et la réforme des examens d’Etat. La formation continue des enseignants et des enseignantes se poursuivra. Le dispositif de certification du personnel enseignant sera renforcé. Le chantier de la petite enfance continuera, le gouvernement avancera avec la construction et l’équipement des centres de formation professionnelle et d’enseignement technique.

L’administration centrale et les directions départementales de l’éducation à travers le territoire seront renforcées et la condition enseignante trouvera la plus grande attention du gouvernement, cette année.

Au niveau de l’enseignement supérieur, mon Administration va donner une nouvelle impulsion en révisant les stratégies vieilles de 53 ans afin d’offrir à la jeunesse la possibilité de réaliser leurs études universitaires dans le pays.
Ainsi, Honorables Parlementaires, je vous demande de voter les six (6) projets de loi déjà déposés au Parlement pour moderniser le secteur de l’éducation. Il s’agit du :

· Projet de loi portant création, organisation et fonctionnement du Fonds National pour l’Education (FNE) ;
· Projet de loi portant reconnaissance et validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE) ;
· Projet de loi-cadre portant organisation des professions et des métiers ;
· Projet de loi portant organisation, fonctionnement et modernisation de l’enseignement supérieur ;
· Projet de loi portant organisation et fonctionnement de l’Agence nationale de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ;
· Projet de loi établissant le service social obligatoire pour les étudiants ayant bénéficié de financement public.

Honorables Parlementaires,
Trois (3) axes de l’action de l’Exécutif méritent, par ailleurs, un regard particulier. Il s’agit : de L’Etat de Droit, des élections et de la diplomatie. L’Etat de Droit s’impose aujourd’hui dans notre pays. La baisse palpable de l’insécurité en témoigne et ce n’est certainement pas l’effet du hasard si le Département de la Défense des Etats-Unis vient de déclarer qu’ « Haïti n’est plus un danger imminent ». Par la consolidation de la démocratie, de la sécurité et de la paix sociale, Haïti a stoppé sa chute dans les classements internationaux. Le renforcement de mécanismes institutionnels, juridiques et légaux nécessaires au respect des droits humains, la crédibilité des institutions politiques et la bonne gouvernance ont permis aux observateurs les plus avisés de reconnaitre qu’Haïti chemine sur la voie du progrès. Et ceci irréversiblement !

En 2014, toute une stratégie sera mise en branle pour consolider notre appareil judiciaire, des mesures seront adoptées afin de réduire les pesanteurs institutionnelles qui entravent la justice. Mon administration fera tout pour consolider les acquis démocratiques du peuple haïtien.

Nous avons ajouté un nouveau E aux cinq priorités qui constituent la plateforme de l’équipe que je dirige : Le E des Elections ! Cette année, des élections seront organisées. En effet, le renouvellement du personnel politique, des Collectivités Territoriales, de la Chambre des Députés et des deux tiers du Sénat est un impératif. Le Dialogue politique lancé avec la médiation de la Conférence Episcopale d’Haïti participe de notre volonté de dégager, avec les acteurs clés que sont les partis politiques, un consensus minimal sur les conditions d’organisation de compétitions électorales transparentes et crédibles.
Ma volonté, en ce sens, est de faciliter la mise en place de conditions favorables à l’organisation d’élections inclusives, honnêtes et sincères pour installer à tous les échelons de l’appareil de l’Etat des élus bénéficiant de la confiance des citoyens et citoyennes. La réussite de cette entreprise est une condition nécessaire pour assurer la stabilité politique et le développement économique de notre pays qui sont des priorités incontournables de mes engagements.

Honorables Parlementaires,
Nous avons remporté des victoires importantes au niveau de la diplomatie. Certes, la situation sur le plan international est porteuse de nombreux défis pour la République d’Haïti. Seul un Peuple uni et des dirigeants soudés autour des intérêts supérieurs de la nation peuvent être à même de les relever. Depuis mon accession au pouvoir, j’ai entrepris de briser l’isolement de notre Pays sur la scène internationale en occupant la place qui nous revient dans le concert des Nations. Notre diplomatie a déployé tous les efforts et mis toutes les ressources à sa disposition pour se placer à la dimension de notre histoire de Peuple forgeur de liberté et porteur d’humanité.
Je me réjouis des bonnes relations développées avec les pays membres de la
CARICOM, les Institutions multilatérales, les pays amis de l’Amérique du Nord, de l’Amérique latine et de l’Europe, les traditionnels pays amis de l’Asie et les pays africains avec lesquels nous comptons nous rapprocher encore plus. Nous allons continuer à explorer en 2014, de nouvelles pistes de coopération et raffermir nos liens.

Avec la République dominicaine, le dialogue se poursuit. Beaucoup de gens se sont posé des questions sur notre stratégie, cela est amplement dû au fait que notre diplomatie avec la République voisine est empreinte de discrétion, sans émotion, sans impatience en raison de la forte interconnexion de nos deux sociétés. L’information sera disponible au moment opportun, Haïti a toujours pris position pour les opprimés donc ce sera encore le cas, à plus fortes raisons, pour les opprimés d’ascendance haïtienne.

Par ailleurs, nous sommes conscients qu’il est grand temps que nous, Haïtiens, assurions l’intégrité de notre territoire. Ainsi donc, nous continuons à travailler au renforcement et à la professionnalisation de la PNH, à la création d’une nouvelle force nationale devant assurer la protection du territoire et la sécurité de nos frontières. Nous allons consulter toutes les forces vives de la Nation dans l’optique du rétablissement définitif des forces de défense nationale. La question de l’avenir de la MINUSTAH en Haïti pourra se poser de façon responsable. Ces éléments de l’action de l’Exécutif ne sont, bien entendu, que des illustrations des efforts constants vivant à assurer, à moyen terme, un réel mieux-être pour chaque Haïtien et chaque Haïtienne. Le bilan préparé par le gouvernement nous a éclairé plus précisément sur ces activités.

Honorables Parlementaires,
Il y a quelques semaines, je me suis rendu en Afrique du Sud pour représenter la République d’Haïti aux funérailles de Nelson Mandela, l’une des figures les plus emblématiques de l’histoire de l’humanité. Sa vie, est en effet, une inspiration et un exemple pour tous ceux qui ont un rêve, une ambition, une détermination qui va bien au-delà des aspirations personnelles de réussite ou de succès.
Je reste convaincu que le plus grand hommage qui peut lui être rendu, ici en Haïti, est, en toute humilité, d’appliquer sa philosophie du pardon et de la réconciliation qui ne saurait être, en aucun cas, confondu avec l’oubli ou la réhabilitation.
Persuadé de la justesse du combat que je mène pour un changement positif de la vie de chaque citoyen et citoyenne de mon pays, il a pu se développer certaines incompréhensions et conflits avec ceux qui ne partagent pas les mêmes vues. Il est grand temps que le message d’union transmis par les Fondateurs de la Nation soit réellement mis en pratique pour affronter les défis qui diminuent notre capacité à sortir de la précarité et de la dépendance humiliante face à nos besoins les plus primaires.

Pour ma part, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Honorables parlementaires, je m’engage à faciliter des avancées concrètes, rapides et visibles vers cet ultime objectif. Il y va de l’avenir de la démocratie en Haïti. Il y va de la survie de notre nation, il y va de notre crédibilité sur la scène internationale ; et surtout, il y va de la capacité de répondre de façon continue et responsable aux légitimes désidératas de l’immense majorité d’une population fatiguée par nos luttes intestines et souvent vides de sens.

L’indignation unanime de la société haïtienne associée à la détermination des autorités face à la négation des droits acquis de certains citoyens étrangers d’ascendance haïtienne est un récent exemple des défis que nous pouvons – devons – relever ensemble.

L’avenir et les perspectives pour Haïti sont ce que nous en ferons ensemble. Ils seront prometteurs, dans la mesure où nous acceptons au-delà de nos divergences et de nos différences, de nous asseoir à la table du dialogue et de la construction partagée d’une Haïti plus forte, plus juste, plus prospère et enfin porteuse d’espoir pour notre jeunesse. Ils seront dévastateurs, si nous laissons, une fois de plus, les démons de la division, de la violence et du désordre envahir nos coeurs et nos esprits.
J’ai, pour ma part, déjà choisi et Je suis prêt à faire tous les efforts pour le plus grand bien de notre chère Haïti commune.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Honorables Parlementaires,
Je souhaite à chacun et à chacune d’entre vous une fructueuse session ordinaire.
Je vous remercie !
Vive Haïti !








Accueil | Plan du site | info visites 319619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site GOUVERNANCE & POLITIQUE  Suivre la vie du site Politique  Suivre la vie du site Politique Gouvernementale   Politique de publication

Haitimonde Network