CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

La quasi-inexistence des droits de la personne

dimanche 4 décembre 2011 par Wadner Isidor

La liberté, la dignité, la paix, la justice, l’égalité, la protection, sont des droits fondamentaux et des valeurs universelles auxquelles se rattachent le bonheur et la sécurité. Le droit de la personne est un principe sacré duquel dépendent l’unité et la cohésion sociale. On ne saurait donc imaginer une nouvelle Haïti sans établir ce principe vital.

Le respect des droits de la personne n’est pas une nouvelle approche, ni une invention humaine ; car il se fonde sur les lois naturelles qui régissent les conditions humaines d’existence et on se rend compte que dans l’œuvre de la création figure un ensemble de principes qui signifient ce respect des droits de la personne. Ce terme a toujours fait l’objet de grands débats dans les rencontres internationales au cours du 20è siècle, parce que les chefs d’État et beaucoup d’autres personnalités importantes ont réalisé que la violation des droits de la personne est la première cause de l’insécurité dans le monde. Quelle personne ne deviendrait pas frustrée et violente quand ses droits sont lésés ? En effet, quelques uns se sont battus à fond pour cette cause humanitaire et restent des figures emblématiques dans l’annale des faits historiques mondiaux. Pour citer, on trouve Toussaint Louverture, Jean Jacques Dessalines, Martin Lutter King Jr., Nelson Mandela, Mao Tsé-toung et autres.

La problématique de l’inexistence des droits de la personne en Haïti ne demeure pas méconnue à l’échelle mondiale. Toutefois c’est un concept qu’on répète au quotidien dans la presse et à travers les plaintes des organisations des droits humains qui luttent à fond pour cette bonne cause. Beaucoup tiennent encore le discours, mais leurs démarches laissent à désirer. Le plaidoyer pour le respect des droits humains ne devrait pas être pris à la légère dans une société où chacun est son propre justicier. Le manque de volonté et d’effort de promouvoir cette cause sociale et humanitaire montre que les dirigeants haïtiens n’ont aucune considération pour la question des droits humains, ou plus encore pour la vie humaine. Quel est le ministère de défense des droits de la personne en Haïti ? Le ministère de la justice peut-être. Mais faudrait-il qu’on redéfinisse son rôle dans la société. Car la violation des droits des citoyens existe sous toute forme : l’injustice sociale et l’inégalité des droits sont l’objet de frustration et de chaos total sur tout le territoire national. Qui n’a pas été au moins une fois témoin des scènes de violence dans le pays ? Dans la capitale comme dans les villes de province, la violence est une monnaie courante et, chacun est son propre défenseur et fait sa justice comme bon lui semble en cas de conflit.

Aujourd’hui encore, peut-on parler de droit de la personne en Haïti ? – considérant que plus de deux tiers de la population vivent au seuil de la pauvreté et n’ont pas accès aux services sociaux de base et ont vécu plus de la moitié d’un siècle sous la répression des régimes duvaliériste, militaire et lavalas, sans nul droit de réclamer ce qui leur revient. Depuis toujours la capitale haïtienne est le bastion de toute sorte de violence tant physique que morale. Combien sont victimes d’abus de toute forme, de la méchanceté des malveillants dont le nombre s’accroît de plus de plus et de l’atrocité des policiers dont la devise est de ‘’protéger et servir’’ et, puisqu’il n’existe aucun garde-fou à cet effet beaucoup profitent de semer la terreur au sein de cette population inoffensive et sans défense.

La liberté, la dignité, la paix, la justice, l’égalité, la protection des droits de l’homme, sont des droits fondamentaux et des valeurs universelles auxquelles rattachent le bonheur et la sécurité. Tout être humain possède des droits et des libertés destinés à assurer sa protection et son épanouissement. Et tous sont égaux en valeur et en dignité... C’est ce qu’affirme la Charte des droits et libertés de la personne. Et ce sont de tels droits que vise à protéger la Loi sur la protection de la personne. Le respect de la dignité humaine implique forcément la mise en application de ces principes fondamentaux qui reste le plus grand défit de cette société qui est une honte aux yeux du monde vu son passé héroïque.

Quand viendra le temps de défendre les droits et d’assurer la sécurité de ce peuple qui a toujours donné le pouvoir au péril de sa vie, mais jamais personne ne prend ses droits en considération. Combien sont assassinés, mutilés, maturisés, battus, kidnappés ou violés (es), mais la justice demeure toujours silencieuse. Pour qui ces assassins, ces kidnappeurs, ces hors la loi travaillent-ils ? Jusqu’à quand établira-t-on l’état de droit dans un petit point de terre pour que cesse la violence et l’injustice au malheur de cette population paisible ? C’est dans la Bible que nous trouvons ce fameux principe : « La justice élève une nation ». Tant que des mesures appropriées ne se mettent en branle pour défendre et protéger les droits de la personne en Haïti, comme principe sacré de toute société (humaine), la situation chaotique qui s’installe dans le pays depuis ces dernières années ne déferlera pas.

Wadner Isidor

Wadneri26@yahoo.fr








Accueil | Plan du site | info visites 319619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LA DIASPORA & LES ECHANGES CULTURELLES  Suivre la vie du site Canada  Suivre la vie du site Quebec   Politique de publication

Haitimonde Network