CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Le Manifeste du Cap-Haïtien : diagnostic, exigences et engagements.

mercredi 17 octobre 2012 par Administrator

Après deux jours de discussions, l’Opposition enfante des propositions prospectives qui découlent d’un diagnostic patent de la situation sociopolitique du pays. Tout en formulant des exigences au pouvoir, Elle s’engage à lutter pour l’émergence, en Haïti, « d’un Etat de Droit et d’un Etat-Nation ».

Le document comprend trois parties. Un état des lieux. Puis des exigences et des engagements. Selon le libellé du texte, l’Opposition exprime ses inquiétudes face à la dégradation économique, sociale et politique du pays. Une situation fragilisée encore plus par les conditions de vie de la majorité de la population.

Diagnostic
De nombreux facteurs conjoncturels sont mis à l’index dans le document baptisé « Manifeste du Cap-Haïtien ». La cherté de la vie, le chômage, « l’arrogance du pouvoir Tèt Kale », les actes de corruption, ont été listés. Les difficultés des parents pour la rentrée des classes 2012 trouvent aussi une bonne place dans le Manifeste. « Tout ceci, provoque, lit-on, l’indignation de la population ». Les organisateurs du premier forum de l’Opposition estiment que « ces plaies chroniques rongent inlassablement le tissu social. Un chaos généralisé guette le pays et menace dangereusement les fondements de notre société ».

En plus, s’installe une ambiance de « dérives institutionnelles et de banalisation de la chose publique ». Pour l’Opposition, ces écarts se traduisent en des pratiques préjudiciables au respect du Bien commun. Se voulant être exhaustifs, les signataires du Manifeste du Cap-Haitien évoquent une pléiade de ces agissements. Ils identifient surtout des violations systématiques des lois et de la Constitution du pays ; des manœuvres persistantes pour vassaliser les autres pouvoirs de l’Etat ; une volonté certaine du président d’instaurer un pouvoir dynastique et dictatorial dans le pays.

Certains actes sont soulignés à l’encre forte dans le Manifeste notamment la déstructuration et l’affaiblissement des institutions publiques au profit de la famille et des proches du Président. Les dossiers du Conseil électoral de six membres et celui du Port de Fort-Liberté y figurent aussi. L’Opposition constate un renforcement de l’impunité et une augmentation du climat d’insécurité sous le règne de Michel Martelly. Mais le nom du chef de l’Etat n’est pas mentionné dans le document.

Exigences
Devant un si sombre tableau, l’Opposition haïtienne, pour une fois, parle d’une seule voix. Elle fait une dizaine d’exigences au pouvoir en place. « La révocation de tous actes posés par le Président de la République en violation de la loi, la mise en place d’un Conseil électoral Consensuel, Honnête et Crédible ; l’organisation, dans les délais appropriés, d’élections transparentes en vue de renforcer les institutions », sont quelques unes de ces contraintes.

Les participants au forum veulent aussi revenir sur les premiers amendements à la Constitution de 1987. En effet, ils réclament l’élaboration, après les prochaines élections, d’une déclaration d’amendement de la Constitution, respectant cette fois, la procédure tracée pour le faire. Sera constituée une commission indépendante chargée d’enquêter sur l’utilisation de plusieurs fonds. Elle investiguera, notamment, sur la taxation des appels internationaux et des transferts en provenance de l’étranger, l’utilisation des fonds Petrocaribe et ceux mis à la disposition de la famille présidentielle.

Enfin le Manifeste du Cap-Haïtien réaffirme la souveraineté nationale et le départ des troupes étrangères. Même si aucun délai n’est préétabli. Le pouvoir est aussi appelé à cesser « toutes persécutions, de quelque nature que ce soit, à l’endroit des personnalités de l’Opposition, des journalistes et des militants des Droits humains ».

Engagements
« Une grave menace plane sur l’avenir du pays », dénote l’Opposition haïtienne dans ses diverses composantes. Cela justifie, selon elle, les mouvements de protestations citoyennes depuis quelque temps. A la veille de la commémoration de l’anniversaire de la mort du fondateur de la Patrie, elle veut donc renforcer son combat. Le curseur est mis en droite sur le dialogue. L’objectif étant d’arriver à l’émergence, en Haïti, d’un Etat de Droit et d’un Etat-Nation.

Pas question de reculer devant l’inacceptable d’un pouvoir arrogeant. D’où le droit de manifester farouchement contre les « pratiques arbitraires du régime Tèt Kale ». Une deuxième phrase est articulée à l’encre forte. « La reconnaissance au peuple haïtien du droit d’exiger souverainement et pacifiquement la fin anticipée du mandat de cinq ans confiés à tout président qui s’écarte des règles du jeu démocratique ».

Consciente que le morcellement est l’une des causes de sa faiblesse, l’Opposition, dans sa diversité idéologique, veut rester souder. Sinon elle ne pourra pas accompagner le peuple dans ses légitimes revendications. Rassemblement, est le nouveau leitmotiv. Le seul chemin pour sortir le pays du bourbier et lancer de manière définitive le projet démocratique ». C’est le summum du Manifeste du Cap-Haitien. Pour combien de temps valent ces engagements ? Là, commence un autre défi. Celui du respect de sa signature, de sa conscience d’être, de son projet d’humanité et de son pays aussi.

EJA








Accueil | Plan du site | info visites 317738

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network