CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Ne Tombons pas dans le Piège du Sophisme - Par : Ray H. Killick

dimanche 22 novembre 2009 par Administrator

Amis-lecteurs,

Le chef du parti En Avant lance : "C’est la différence que l’on peut remarquer, par exemple, entre l’argument de ceux qui réclament un calendrier objectif du départ des forces de l’ONU de notre territoire...Dans ce cadre là, la pétition montre comment les patriotes conséquents cherchent à avoir le contrôle effectif de leur sol national alors que les sophistes, perdant toute foi dans la Patrie et en eux-mêmes, et à travers un discours spécieux, ne croient plus à l’existence de notre nation et se permettent de pratiquer de purs jeux de langage."

Comme si exiger un calendrier de départ de l’Onu de notre territoire à travers une pétition serait la seule voie pour assumer "le contrôle effectif du sol national". Si on objecte l’argument, on devient sophiste, on tente seulement de convaincre l’interlocuteur. Or, c’est justement ce genre d’attaques qui a causé tant de mal à notre pays. Illustrons ce que nous enseigne Renald Lubérice.

Le discours de Renald met l’accent sur deux choses importantes que tout leader sérieux de parti également sérieux devrait prendre en considération :

1) Formulez un plan d’actions pour recouvrer notre souveraineté.[Organisez la logistique pour ce faire.]

2) Présentez le leadership du mouvement, identifiez ses responsables. C’est-à-dire agissez en toute transparence.

J’ai crû pour ma part qu’après la rencontre de RD, nous aurions pris le temps de collaborer. Mais, que l’on a tué ce rêve ! Quel mutisme ! Pourquoi ? Et voilà pourquoi je n’ai pas confiance en vous, messieurs.

Est-ce du sophisme ? Non ! C’est ainsi que toute société, mouvement ou entreprise qui veut réellement accomplir un objectif déterminé appréhende la réalité. Aucun leader sérieux ét honnête n’attaquera les arguments de Renald Lubérice. Au contraire, tout leader compétent les fera siens.

Faisons un exercice mental (a thought experiment) où la MINUSTAH présente un calendrier de départ qui s’échelonne sur 15 ans et le soumet au public haïtien. Je vous assure que le camp patriotique, s’il est conséquent avec lui-même, va ou bien protester ou bien organiser la résistance. Cependant, la protestation ne peut plus prendre la forme d’une pétition et occuper un espace virtuel avec des slogans et des photos de manifestants-supporteurs de Jean-Claude Duvalier au Pont-Rouge pour signifier que le camp patriotique s’y était présenté le 17 octobre. Qui est qui ? Qui est ce leadership ? Au pied du mur, dans notre exercice mental, le camp patriotique devra organiser un mouvement réel qui articule sa stratégie, son plan d’actions, sa logistique sur le terrain pour recouvrer la souveraineté nationale. Or, c’est justement ce que Renald et moi et certains autres réclament. CQFD !

De plus, pourquoi ce genre d’initiatives est-il toujours récupéré chez nous ? Tout simplement parce que les vrais instigateurs spirituels de telles initiatives cultivent un dessein machiavélique et ne les utilisent que comme vecteurs de leurs machinations. Ceux qui arrivent au pouvoir ne sont pas les naïfs qui ont crû dans l’idéal exprimé, mais ces instigateurs malicieux.

L’un des pères spirituels de la pétition fut l’une des éminences grises d’Aristide. Comme il a aujourd’hui un manque à gagner, il lui faut arriver au pouvoir, mais comme il est connu comme le loup blanc, nous lui assurons qu’il perd son temps.

Récemment, quelqu’un a fait remarquer sur nos forums que ce genre d’initiatives (pétition, camp patriotique) bourgeonnent seulement à l’approche des élections chez nous. Cela fait plus de 5 ans depuis que nous subissons l’intervention étrangère avec les chars de la MINUSTAH au pays. Plus de 15 ans que l’Onu est au pays ! Où étaient les patriotes ? Give me a break ! Damn it !

Où étaient les patriotes en 1994 lors de la seconde intervention militaire américaine au pays ? Où étaient les patriotes en 2004 lors de la troisième intervention militaire américaine au pays ? Il y a une raison fondamentale qui explique que, contrairement à 1915-1934, nous n’avons guère enregistré de mouvements de résistance sérieux lors de ces 2 épisodes.

La patrie agonisait, car la patrie, c’est les actes qui l’édifient, les monuments qu’on laisse à la postérité, le sentiment d’appartenance et de fierté qu’elle inspire, que l’on ressent en tant que citoyen. Ce qui signifie que les sentiments patriotiques collectifs de patries différentes sont différentes. C’est comme se regarder au mirroir quand on est malade et quand on se porte bien. Une grande différence ! Plus on construit, plus ce sentiment se raffermit. Plus on détruit, plus ce sentiment s’étiole ; et on n’a plus que "la beauté passée" à étreindre. Voilà pourquoi au lieu de s’organiser pour effectivement recouvrer la souveraineté nationale et reconstruire la patrie, on se rend, ti krik ti krak, au Pont-Rouge, à la statue de papa Dessalines qui doit bien avoir honte de sa progéniture à l’heure actuelle. Quelle serait la réaction de Dessalines, si en 1803, des soi-disant révolutionnaires allaient déposer une pétition pour un "calendrier de départ" des Français au pied d’une statue de Toussaint Louverture ?

Qui est sophiste, celui qui fournit une critique constructive, c’est-à-dire qui indique la voie à prendre ou celui qui rejette toute critique constructive comme "spécieuse" et dénigre en tant que chef de parti ceux qui n’avalent pas son poisson d’avril de la pétition ?

C’est peut-être Stanley Lucas qui a raison quand ils les qualifient de...qui divisent et s’embarquent pour toutes les destinations, car l’une d’entre elles mènera au pouvoir.

Cessez donc de faire des discours creux qui relèvent de la pure politicallerie. On ne peut pas ériger un parti avec une mentalité bornée qui va d’ailleurs à l’encontre de la gestion moderne d’entreprise et du leadership d’exécution.

Finalement, Anthony Lespès avaient un mot pour eux, les nationalistes qui se croient patriotes :

"Les peuples endormis dans la beauté passée
N’ont rien à brandir dans le présent comme une torche."

Cessez de diviser. Lubérice et moi sont en faveur d’un départ de la MINUSTAH du pays, mais nous invitons, à la transparence et à l’organisation, les compatriotes conséquents. Mettez fin à la logique nationaliste bornée et binaire.

Ray H. Killick








Accueil | Plan du site | info visites 322651

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Echanges et Débats autour de la rencontre de Santo (...)   Politique de publication

Haitimonde Network