CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Pensée mythique et fatalisme en Haïti

mercredi 9 novembre 2011 par Wadner Isidor

La pensée mythique est le principal obstacle au développement d’Haïti. Le fatalisme à outrance ne fait qu’attirer le malheur sur le pays. Pour embrasser le progrès et le développement, la nation doit de toute évidence se défaire de l’imaginaire misérabiliste qui hante le pays et l’empêche d’avancer au sens positif.

D’après de nombreuses recherches, l’Indépendance haïtienne a été conquise grâce à l’intervention des esprits du vodou appelés les loas, qui sont les dieux qui accompagnaient les aïeux de ce peuple venus de plusieurs tribus d’Afrique. Cette pensée qui animait les esclaves à la suite de la cérémonie historique du Bois Caïman qui eut lieu dans le Nord du pays dans la nuit du 13 au 14 août 1791 les a conduits au 1er janvier 1804, date de la proclamation de l’indépendance d’Haïti, sur la Place d’Armes des Gonaïves, en présence des généraux et beaucoup de soldats de l’Armée Indigène. Aujourd’hui encore, nonobstant les immenses progrès scientifiques et technologiques que connaît le monde, le peuple haïtien reste figé dans cette pensée mythique qui n’est guère une énigme et une illusion.

On se rend compte que la théorie des trois états d’Auguste Comte est une anticipation par rapport à la pensée haïtienne qui est loin de la réalité du monde à l’ère où nous sommes. Il est un fait certain que l’humanité vit à l’ère du nouvel esprit scientifique (Novum Organum) prédit par Francis Bacon, qui fait référence à l’Organon d’Aristote où une place est accordée aux progrès scientifiques, à l’expérimentation, ce qui lui vaut d’être considéré comme le père de l’empirisme moderne. L’énorme progrès lié à la démarcation de la religion et la science est une évidence incontestable. Les peuples qui ont fait cette démarcation depuis courent avec une vitesse vertigineuse de progrès, prenons par exemple les G20. La religion : « l’opium du peuple » est une révélation que Max a fait en réalisant le poids de l’idéologie religieuse sur les attitudes et les actions humaines. Dans cette même ordre d’idée André Breton a écrit : “Si la religion fut longtemps l’opium du peuple, la Science est en bonne place pour prendre le relais. (…)”.

On se demande pourquoi aujourd’hui encore même ceux qui sont à la tête du pays s’attachent encore à cette pensée mythique ? On peut comprendre pourquoi la plupart des dirigeants et d’autres personnalités du pays se rendent chaque fin d’année au péristyle d’un oungan pour se faire baigner des recettes magiques (nausées abondes) en vue de se protéger contre des éventuelles attaques et consolider leur poste quoiqu’ils sont incapables. Que peut-on espérer de ces dirigeants qui prédisent leur malheur et qui ne croient aucunement en leur force de penser et d’agir ? Comme dit la pensée matérialiste nous sommes surtout ce que nous pensons. "Tout cela n’est que projection du mental et n’a pas de réalité formelle. Dans la vacuité sans forme se trouve la Vérité en Soi.", dit Bardo Thödol.

Il faut admettre que la pensée influence en tout temps les actions de l’homme et la mentalité est le reflet des attitudes humaines. Le fait de prédire notre malheur et croire que notre évolution ou notre progrès nous créera des ennemis constituent déjà une embûche à notre développement. Et, vouloir rendre les autres responsables de notre sort est un symbole de résignation et de fatalisme, parce que croire qu’il y a quelqu’un qui s’oppose à notre progrès est un obstacle à la fois mental et physique. La primauté de la pensée mythique est le plus grand obstacle au développement d’Haïti. Car, quel entrepreneur ou professionnel haïtien ne croit pas à la protection mystique ou à la recherche d’une présence mystique pour protéger son capital et faire avancer les choses ? Il faut dire que le nombre n’est pas grand. La plupart des oungans ont eu la chance de témoigner en public qu’ils ont travaillé en maintes reprises pour des dignitaires et, dans la liste figurent de grandes personnalités du pays qu’on n’aurait jamais imaginé, comme des avocats, des médecins, des directeurs d’école, des entrepreneurs, des leaders religieux pour ne citer que cela.

Parlant du fatalisme, les rêves, les prédictions supposent tous le malheur et, c’est ce qui arrive très souvent. Une pensée fatale fait croire que la société haïtienne est la plus odieuse et maudite au monde, ce qui serait à l’origine des catastrophes naturelles ou plus encore l’instabilité sociopolitique liée à l’ingérence des dirigeants du pays. Nombreux citoyens haïtiens pensent qu’il n’existe aucun changement pour le pays ou du moins aucun moyen d’évolution et de progrès pour une société comme celle d’Haïti. Mais les théories prouvent aussi que la science n’a pas de patrie et ne fait exception de mœurs ou de coutume des sociétés.

L’idéal pour la société haïtienne et pour tout le peuple c’est se défaire de la pensée mythique et le fatalisme pour prendre le chemin du progrès. Il y a toujours des opportunités au milieu même des grandes difficultés, mais le destin du pays doit être pris en main par les citoyens eux-mêmes et, seuls les citoyens peuvent enclencher ce changement radical qui se fait sentir de plus en plus.

Wadner Isidor

Wadneri26@yahoo.fr








Accueil | Plan du site | info visites 317738

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network