CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Plan Marshall pour Haïti - Par : Jean Erich René

lundi 2 février 2009 par Erich Jean René

Plan Marshall pour Haïti - Par : Jean Erich René

Les dégâts causés par la deuxième guerre mondiale avaient mis à plat
l’économie européenne. Un tel désastre avait motivé les américains à voler
à leur secours pour faciliter théoriquement leur reprise économique. C’est
ainsi que le 5 juin 1947 à Harvard fut annoncé le plan de sauvetage
européen par le truchement du Secrétaire d’Etat américain Georges Marshall
dont le nom passe à la postérité. Les conjonctures politiques et
économiques sont-elles les mêmes ? Pourquoi les américains ont-ils attendu
62 ans pour répliquer le plan Marshall dans la Caraïbe en prenant Haïti
comme cobaye et Baie de Henne dans le Nord-ouest comme rampe de lancement ?

Si le financement de la reprise économique de 16 pays européens revêtait un
caractère humanitaire, il était beaucoup plus sous-tendu par des motifs
économiques. En effet, les 13 milliards de dollars d’aide, soit 100
milliards de dollars actuels, visaient à financer l’importation des
produits américains. D’où l’ouverture de grands débouchés pour leur marché,
l’augmentation de leur PNB et le renforcement du pouvoir d’achat du dollar
américain devenu monnaie de change internationale rivalisant avec l’or
comme monnaie de refuge au point de le supplanter et le remplacer jusqu’à
la fin du siècle dernier. La Russie n’avait pas mordu à l’hameçon en
repoussant le Plan Marshall !

Si le plan Marshall vise aujourd’hui les pays de la Caraïbe, toujours sous
le couvert d’aide humanitaire, ses objectifs économiques sont aussi les
mêmes. Actuellement le système capitaliste fait face à une grande crise de
débouchés de ses marchandises. La montée en flèche de l’économie des pays
asiatiques, livrant leurs produits à des prix concurrentiels imbattables,
provoque un net ralentissement de l’écoulement des articles américains sur
le marché mondial. Nous en voulons pour preuve les difficultés économiques
que confronte le marché de l’automobile avec Ford et Chrysler, les poumons
de l’économie américaine. Ces compagnies sont à la veille de déclarer
faillite sans une intervention directe et rapide du Président Barack Obama.

Bien avant le crash boursier, le marché du travail américain était aussi en
régression. Le bas coût de la main d’oeuvre asiatique a provoqué la
délocalisation des manufactures de l’aigle au profit des dragons. Citroën,
l’orgueil du marché de l’automobile français, a transféré une bonne partie
de sa chaîne de montage en Chine. La mondialisation de l’Economie en
transférant les capitaux américains et leurs technologies dans les pays
asiatiques ont créé un vacuum au sein de l’économie américaine. On a
enregistré une perte considérable d’emplois et subséquemment une baisse du
pouvoir d’achat et partant une perturbation de la demande effective. Le
néo-libéralisme, consécration de l’impérialisme américain, a causé sa perte
en ne profitant qu’à un petit groupe d’hommes d’affaires cupides, toujours
en quête d’augmenter leurs profits qu’ils ne réinvestissement même pas aux
USA, y compris les évictions fiscales.

Les mesures économiques adoptées par le 44e Président américain
s’affranchissent complètement de l’itinéraire poursuivie par Georges Bush.
Un plan Marshall pour la Caraïbe pourrait aider grandement l’économie
américaine à reprendre son souffle. « Il n’y a de richesses que d’homme »
disait Jean Bodin. Les 28 pays de la Caraïbe cumulent plus de 37 millions
d’habitants et représente par conséquent un volume important de
consommations des produits américains. Haïti avoisine les 9 millions
d’habitants et compte une population active de 4 millions 247 mille
travailleurs. Le problème se situe au niveau de l’éducation et du pouvoir
d’achat. De telles indéterminations seront levées par l’implantation de
nouveaux centres d’apprentissage et de nouvelles unités de production,
distributrices de salaires propres à la consommation. En posant ses
grappins sur la Caraïbe les USA résolvent partiellement deux variables de
son équation économique : la consommation et une main-d’oeuvre à bon marché.

Le Plan Marshall vise de faire de la Caraïbe une ville, afin de réduire la
récession de l’économie américaine soutenue par des capitaux chinois. Les
travailleurs seront payés en monnaie locale tandis que les marchandises
seront vendues en dollar américain. Cet écart considérable de taux de
change, conséquemment à la dévaluation de la gourde haïtienne constitue une
aubaine. Le rapatriement des Sans-papiers est inévitable. Il soulage la
lourde charge d’assurance sociale, augmentera le nombre de travailleurs en
Haïti tout en offrant aux Américains un glacis de sécurité en matière de
police.

Le plan Marshall de la Caraïbe a des corollaires obligés : l’éducation, la
santé, l’agriculture, un cadre légal approprié et bien sûr la stabilité
politique. L’échafaudage administratif est déjà sur place. L’ICDH ou
International Commission for the Development of Haïti a les adresses
suivantes :

1. Aux Etats-Unis :
The International Commission for the Development of Haiti (ICDH), 40
Richards Avenue 3rd Floor, Norwalk, CT 06854 USA ; Phone : +1 (203)
604-6780 ;
Fax : +1 (203) 286-1651 ; Email : information@icdh.com

2. En Haiti :
The International Commission for the Development of Haiti (ICDH), Complexe
Transauto 2nd Floor, Boulevard Toussaint Louverture, Port-au-Prince, Haiti ;
Phone : +509 2246-0009 ; Email : information@icdh.com ;
Web : http://www.icdh.org

L’ICDH dans l’application de la version caraïbéenne du plan
Marshall doit :
- identifier les grands projets d’infrastructure significative
- évaluer les projets potentiels et leurs priorités
- identifier et promouvoir de nouvelles sources de fonds
- solliciter des fonds pour des projets spécifiques et superviser
l’utilisation des fonds des projets
- travailler dans le même ordre d’idées avec des individus et des
organisations à la recherche d’une plus-value de la communauté haïtienne
dans son ensemble

Le Plan Marshall qui, au siècle dernier, a relevé l’Europe de ses ruines,
sans un coup de balai pour chasser l’insécurité, concrétisera-t-il le
CHANGE AND HOPE prévus pour Haïti, plaque tournante de l’histoire de
l’Amérique ?








Accueil | Plan du site | info visites 317629

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network