CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Présentation du bilan de Martelly, preuve d’une démocratie sous les tropiques, selon Kesner Pharel

jeudi 16 mai 2013 par Administrator

Kesner Pharel ne digère pas l’initiative du président de la République de présenter le bilan de sa deuxième année au pouvoir sur la place publique. Le chef de l’Etat devait prononcer mardi après-midi au Champ de Mars, un discours sur les grandes réalisations de son administration durant ses vingt-quatre mois de gestion avait annoncé le ministère de la Communication. Cela fait de nous une démocratie sous les tropiques, ironise Kesner Pharel mardi matin sur les ondes de Radio Magik 9.

Le responsable du Group Croissance juge la démarche du chef de l’Etat très inquiétante. Cela pourrait renvoyer à l’idée que nos dirigeants ne respectent pas les institutions établies, soutient M. Pharel avant de rappeler aux autorités haïtiennes qu’elles sont tenues de rendre compte suivant la Constitution devant le Parlement.

Un bilan pas trop rose

Le bilan sur le plan économique n’est pas rose, deux ans depuis l’arrivée de Michel Martely au pouvoir. Kesner Pharel relève certes des points positifs quant à la réalisation de plusieurs programmes sociaux et l’amélioration des conditions de sécurité dans le pays. Mais cela, précise-t-il, ne suffit pas pour donner de bonnes notes à Michel Martelly et à son équipe.

« Le produit intérieur brut n’a pas augmenté de cinq pour cent tel que prévu par le gouvernement. Il a plutôt régressé à moins de trois pour cent », a expliqué l’économiste, qui croit que les prévisions des autorités haïtiennes sont parfois trop optimistes.
Le P.D.G. du Group Croissance a relativisé les chiffres avancés récemment par le chef de l’Etat sur la quantité d’emplois, l’une des priorités de Michel Martelly, qui auraient été créés ces douze derniers mois. L’économie haïtienne n’a même pas 400 000 emplois formels, a indiqué M. Pharel, soulignant que si ces emplois ont été effectivement créés dans le secteur formel le niveau de consommation aurait grimpé et le produit intérieur brut atteindrait les dix pour cent.

Selon l’économiste, le nombre de gens qui travaillent dans le secteur privé haïtien ne dépasse pas la barre des 150 000. Dans le secteur public, il fixe ce chiffre à environ soixante mille.

Même s’il reconnaît que la situation sécuritaire s’est améliorée ces derniers jours, Kesner Pharel n’a pas relevé suffisamment d’actions visant à favoriser le climat d’investissement dans le pays. Il a attiré l’attention sur le fait qu’Haïti, étant passée de la 182e à la 183e, a encore perdu une place dans le classement Doing business cette année malgré les appels des autorités qui ne cessent de clamer : « Haiti is open for business ».

Insistant sur le chemin qu’il reste à Michel Martelly à parcourir, Kesner Pharel estime que tout seul l’exécutif n’y arrivera pas. Il faut la collaboration du Parlement et du secteur privé des affaires, a-t-il recommandé.

Danio Darius

daniodarius001@yahoo.com








Accueil | Plan du site | info visites 336327

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network