CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Quand l’élan du coeur tourne au cauchemar - par : LA PRESSE, Le Quotidien

jeudi 19 janvier 2012 par Administrator

(HAÏTI) Le sort de l’orphelinat de l’Almatoise Jacqueline Lessard avait ému le Québec, après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. Deux ans plus tard, ses « ti-mouns « s’apprêtent à emménager dans de nouveaux bâtiments, construits grâce à la générosité de nombreux Québécois. Pourtant, rien ne va plus entre Mme Lessard et la Fondation qui porte son nom. Principal enjeu du litige : le contrôle de la nouvelle institution. Voici la petite histoire d’un élan humanitaire qui a tourné au vinaigre.

D’abord, le conte de fées. Un orphelinat haïtien gravement endommagé par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 est reconstruit grâce à de généreux donateurs. Les trois bâtiments qui abriteront les dortoirs, l’école et les cuisines se dressent déjà sur un terrain clôturé de Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince. Si tout va bien, les enfants pourront y emménager au printemps prochain.

Maintenant, le revers de la médaille. Rien ne va plus entre la fondatrice de l’orphelinat, Jacqueline Lessard, et la fondation qui porte son nom, mise sur pied dans l’urgence du séisme par des proches et des amis de la vieille dame.

Jacqueline Lessard et son partenaire haïtien, Étienne Bruny, avaient fondé l’orphelinat ensemble, il y a huit ans. Aujourd’hui, ils sentent que leur « bébé « est en train de leur échapper.

Ce qu’ils veulent surtout savoir, c’est quel sera leur rôle une fois que les enfants y seront installés. Ils ont toujours mené leur petite barque à leur guise, sans vraiment rendre de comptes à qui que ce soit. Mais le nouvel orphelinat appartient à la Fondation. Jacqueline Lessard et Étienne Bruny craignent de perdre toute leur marge de manoeuvre. « Est-ce que nous pourrons encore faire ce que nous voulons faire avec l’orphelinat ? « demande Étienne Bruny.

Le site de la Fondation décrit Jacqueline Lessard comme sa présidente honoraire. Mais celle-ci a l’impression de n’avoir aucune prise sur les décisions prises à Jonquière.

Pourquoi ne pas en parler avec les administrateurs de la Fondation ? Étienne Bruny écarte ses bras dans un geste d’impuissance : « Mais je ne sais même pas à qui parler... « 

Il faut dire que, l’automne dernier, le président de la Fondation, Luc Blackburn, a démissionné, notamment parce qu’il était excédé par les communications difficiles avec Croix-des-Bouquets.

Son successeur, Michel Côté, ne fait qu’assurer l’intérim. Après avoir invité Étienne Bruny à venir le rencontrer au Québec, il a changé d’idée et annulé l’invitation, sous prétexte que ce n’était pas « le bon moment « .

En attendant qu’un nouveau président soit nommé, Étienne Bruny ne sait plus à quel saint se vouer. Il est déçu, amer et inquiet.

Un feuilleton

L’histoire de l’orphelinat Espoir d’enfants illustre les écueils qui guettent les envolées humanitaires les mieux intentionnées. Le feuilleton met en scène plusieurs acteurs. En plus de la Fondation Jacqueline-Lessard, il y a la boîte de production Imavision et Oxfam-Québec. « Il y a bien trop de monde là-dedans « , résume Mme Lessard. À 85 ans, elle se sent « fatiguée et dépassée «  : « Si j’avais su comment ça tournerait, je ne serais jamais allée à la télévision. « 

Car c’est là que tout a commencé. Après le séisme, Jacqueline Lessard s’est réfugiée au Québec, où elle a été happée par un tourbillon médiatique.

Bulletins de nouvelles, Christiane Charrette, Tout le monde en parle : elle s’y est prêtée de bonne grâce, car les besoins de son orphelinat étaient gigantesques. Le bâtiment nécessitait des réparations, et il fallait continuer à nourrir les enfants.

Son appel à l’aide a ému les Québécois. Au cours de notre rencontre dans les locaux temporaires de l’orphelinat, Jacqueline Lessard a plusieurs fois souligné sa gratitude à l’égard de tous ses donateurs. Elle espère que ses confidences ne changeront rien à leur générosité.

Mais, en même temps, elle se sent loin, très loin de ceux qui recueillent de l’argent en son nom. « La Fondation nous a aidés, mais ils ne connaissent pas nos conditions, ici, ils ne savent pas ce qu’il nous faut pour vivre. « 

Plus de détails dans votre Quotidien








Accueil | Plan du site | info visites 317879

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site NOUVELLES D’HAITI  Suivre la vie du site Revue de la Presse en Haiti   Politique de publication

Haitimonde Network