CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com

Scandale dans la famille !

lundi 27 juillet 2009 par Erich Jean René

Scandale dans la famille - Par : Jean Erich René

La révocation du Commissaire du Gouvernement près du Tribunal Civil de
première instance de Port-au-Prince, Maitre Joseph Manès Louis, aussi
insignifiante qu’elle puisse paraitre vient d’ouvrir la boite de Pandore.
Le Président René Préval ne partage pas cette décision univoque du Ministre
de la Justice Jean Joseph Exumé. Tout a commencé par un mandat de
comparution du Chef du Parquet de Port-au-Prince décerné à l’endroit du
Conseiller économique du Président, Gabriel Verret. Selon les plaintes
déposées par Philippe Gourgue, le conseiller économique du Président lui
aurait subtilisé 16 documents qu’il a préparés pour les mettre à profit
dans les transactions du Gouvernement avec les instances économiques
internationales. Le hic c’est qu’aucune contrepartie financière ne lui a
été versée.

Surprise amère ! Le Ministre jean Joseph Exumé d’une pierre voulait faire
deux coups. Il saisit cette occasion en interprétant le mandat du
Commissaire Joseph Manès à l’endroit du Conseiller économique du Président
comme un impair. Aussi il voudrait en profiter pour se débarrasser de ce
subalterne qui n’a pas hésité à agiter à nouveau, le dossier des millions
de dollars de la drogue de Lavaud causant trois morts et la fuite insolite
du Premier Commissaire du Nord Ouest. Qui pis est au cours d’une
conversation antérieure à la convocation de Gabriel Verret, le Président
René Préval, a partagé ses informations avec le Ministre de la Justice sur
le dénouement de l’enquête de Port-de-Paix. De plus, il lui a reproché
d’avoir entrepris par la suite des changements et des révocations qui
soulèvent sa suspicion. Cette fois, le président René Préval n’entend plus
avaler ses bourdes, aussi il a demandé au Commissaire de regagner son
Bureau.

Coup de théâtre ! Le premier Ministre Michèle P. Louis avec une promptitude
et un zèle qui ne lui sont pas coutumiers dans le traitement des dossiers
publics, est montée au Palais National pour exprimer son désaccord formel
tout en se mettant du côté de son Ministre de la Justice... Le Président René
Préval, fulminant de colère, lui a clairement conseillé de donner sa
démission en une telle occurrence, si elle n’est pas d’accord. Chose dite,
chose faite. Sur le champ, Mme Pierre Louis qui s’attendait à une telle
issue, a tiré de son sac à main sa lettre de démission qu’elle a remise au
Président René Préval.

Émotion et choc ! Tel est pris qui croyait prendre, le président René Préval
a failli piquer une crise cardiaque face aux pressions internationales
déchainées contre lui pour avoir sollicité la démission de Mme Pierre
Louis. En chambranle de la balustrade, le Corps Diplomatique s’est rendu
en bloc au Palais National pour s’opposer catégoriquement au départ du
Premier Ministre Michèle P. Louis tout en annonçant à René Préval le cas
échéant la cessation de l’aide internationale. En pleine saison cyclonique,
tandis que l’Envoyé Spécial de l’ONU, Bill Jefferson Clinton est en train
de prendre des mesures pré-désastres en entreprenant des démarches pour
faire délier les cordons de la bourse en faveur d’Haïti, une telle sanction
tombe comme une douche froide sur la tête de René Préval, nu et dépourvu de
ressources financières devant l’imminence des cyclones.

Pris comme une souris dans une souricière, le Président Préval a piqué une
crise de nerfs, comme une fillette qui a égaré sa poupée, en accusant les
membres de son entourage immédiat de sa déconfiture. Selon ses sanglots, sa
crédibilité a été ruinée et son image ternie par le comportement peu
orthodoxe de ses amis intimes et ses proches collaborateurs. Voilà pourquoi
il est pris en pâture par la Communauté Internationale qui s’en impose
maintenant à lui. En réaction à cette gifle qu’il vient de recevoir en
plein visage, il a demandé à Elizabeth de laisser le Palais National. Cette
fleur du mal, responsable de l’emprisonnement des deux Brandt et de Ciné,
à cause de leurs langues trop pendues, a brisé le cœur du jeune Vorbe
décédé suite à un chagrin d’amour silencieusement supporté. Aujourd’hui,
les dépenses extravagantes d’Elisabeth pour l’achat de sa somptueuse
demeure en Floride, sa nouvelle construction à Babiole et l’acquisition
d’un bateau de plus d’un million de dollars, font délier les langues. Le
Président René Préval veut se dégager de l’étreinte de cette femme tuante.

La compréhension du film des événements actuels devrait soulever chez les
observateurs avertis 3 grandes questions :

1. Pourquoi le PM Michèle Pierre Louis a déployé ce zèle en faveur du
Ministre de la Justice Joseph Exumé ?

D’un côté, ses objections comme Premier ministre coiffant le Titulaire du
Portefeuille de la Justice et par voie de conséquence le Commissaire du
Gouvernement Joseph Manès Louis, tiennent la route. De l’autre côté, on
n’aurait pas dû prendre une telle décision sans informer le Président de la
République. Il y a anguille sous roche ! Est-ce une réaction aux confidences
faites au Président par Joseph Manès sur le brûlant dossier des
narcodollars de Port-de-Paix ? On se rappelle qu’au cours d’une émission de
Metropolis . Madame Pierre Louis eut à faire une fracassante déclaration
qui a déclenché les commentaires les moins élogieux à son endroit. Face à
tant de greenback qui pourrait faire back ? Dans le corridor de la tentation
on ignore quelle vitesse que Zadig a embrayée.

2. Pourquoi le Président René Préval a réagi en faveur du mandat de
comparution du Commissaire Joseph Manès à l’endroit de Gabriel Verret ?

La réaction du Ministre de la Justice est dans l’orthodoxies de la pratique
politique haïtienne. La surprise vient du Président Préval qui, selon son
service de renseignements, voit en Gabriel Verret, un agent d’information
international, de même nature que POPOV. Toutes les données concordent pour
prouver que le mandat émis par le Commissaire Joseph Manès, pour des
raisons que sa raison ne connait même pas, a été catalysé par le 55e
Président d’Haïti pour se débarrasser d’un collaborateur jugé encombrant.
Le Président Préval aurait tendu ses filets et attrapé l’agent de
renseignement No 1 responsable des fuites suspectes au Palais National.

3.- Comment expliquer l’intervention éclair et musclée du Corps
diplomatique ?

La crise hystérique du Président Préval en réaction à la visite collective
des diplomates accrédités en Haïti est un signe d’amnésie du locataire du
Palais National qui devrait se rappeler que :

• en 2006, il a accepté le pouvoir à 47% contrairement aux 50% + 1
qu’exige la Constitution,
• les votes blancs également interdits ont été comptés pour accorder une
certaine légalité à son élection,
• n’était-ce la présence des Forces Onusiennes sur place, majoritairement
composées des soldats de ses soi-disant camarades de l’Amérique latine,
Préval ne serait pas élu ni maintenu au Palais National jusqu’à présent.
• il n’est qu’un instrument entre les mains des Représentations
diplomatiques des pays andins aussi bien que du secteur privé haïtien qui
l’ont forgé de toutes pièces grâce à leurs appuis politiques et financiers.

Scandale dans la famille !








Accueil | Plan du site | info visites 335569

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site FOIRE D’OPINIONS  Suivre la vie du site Textes d’Opinion   Politique de publication

Haitimonde Network