CAPSULES-HAITIMONDE.COM - Les Dernières Nouvelles d’Haiti - Tout sur l’actualité haitienne - Le réseau de référence Haitimonde.com
Pour la mémoire et la lumière

Vibrant hommage à Frankétienne

mardi 15 avril 2014 par Administrator

Par Claude Bernard Sérant

« Cet hommage représente pour moi ce que j’appelle la sève. J’ai puisé dans la vie de mon peuple et je lui rends ce que j’ai puisé sous cette forme. Il y a une communion, une symbiose, une synergie entre la vie de mon peuple et la mienne

. En ce sens, j’ai toujours dit qu’Haïti n’est pas un pays pauvre, c’est un pays riche, exceptionnel », déclare Frankétienne à qui Ayiti Bèl de Taïno L. rend hommage « Pour la mémoire et la lumière » le vendredi 11 avril à l’hôtel El Rancho, à Pétion-Ville. Pour ce créateur dont la vraie richesse est spirituelle, « Haïti ne peut changer qu’à travers une prise en charge de sa créativité. A travers un leadership national populaire mais qui n’exclut pas les contacts avec l’extérieur. »

Debout devant ses toiles posées sur des chevalets, l’homme à l’honneur durant toute une quinzaine (du 11 au 25 avril) est tout heureux de voir arriver des amis démonstratifs d’affection. Des embrassades, des accolades et de grands rires fusent dans la longue allée de l’hôtel.

L’ambiance est amicale. Autour de Franck, la conversation se déroule sur des sujets variés. On entend au milieu des tintements de coupes à vin et des flashes d’appareils photographiques qui crépitent, les mots écrivain, poète, peintre, comédien, enseignant, chanteur, dramaturge.

Une grande énergie créatrice« Je suis un créateur. Je produis dans les domaines littéraire, théâtral et musical. Mais avant cette période très riche sur le plan de la création, j’ai été un professeur qui a enseigné plusieurs matières : mathématiques, physique, littérature, sciences sociales, philosophie. Jean-Henri Céant a été un de mes brillants élèves »,

Mais où Frankétienne – de son vrai nom Jean-Pierre Basilic Dantor Franck Étienne d’Argent, ce fils de Ravine Sèche, petit village de Grande-Saline dans le département de l’Artibonite – a-t-il puisé autant d’énergie pour toucher à autant de domaines de l’art, de la connaissance et produire ? Plus d’une quarantaine d’ouvrages à l’actif de cet auteur dont l’œuvre s’inspire de la réalité haïtienne. A 78 ans, ce créateur qui porte la barbe blanche qui lui donne une physionomie de Victor Hugo, le poète de la ‘’Légende des siècles’’, est toujours en état de créer. « J’ai deux œuvres en chantier : ‘’Magicriture’’ et ‘’Les gouttelettes’’ publiées dans Le Nouvelliste. Les gouttelettes feront un livre de 300 pages », annonce-t-il.

Mais où ce septuagénaire a-t-il puisé autant d’énergie ? Une énergie débordante à 78 ans. « L’énergie est dans la nature, c’est une énergie divine. Nous vivons dans un univers énergétique. L’énergie est partout. Elle est dans la caméra. L’énergie est dans ces œuvres, cette table, elle est dans toutes les particules élémentaires. »

Définitivement, tout est énergie. Il rappelle qu’après ce vernissage, dès demain soir, il sera sur les planches à Café Trio au côté de Mark Mulholland pour un spectacle poétique et musical « Chaophonies ». Cet artiste alerte souligne qu’il ne chôme jamais. Son esprit est toujours en activité puisqu’il épouse le mouvement de la vie. « La vie, c’est un perpétuel mouvement. C’est la spirale. » Spirale ! Le mot-sésame qui ouvre l’univers de Frankétienne est lancé. A partir de ce lieu, il ouvre une parenthèse. Un cameraman s’empresse d’enregistrer son discours : « La spirale est la structure absolue que l’on retrouve dans la nature. Elle reproduit le mouvement infini de la vie. Elle reproduit l’interférence et les intersections dans tous les phénomènes vitaux. La spirale est ce que j’appelle la structure absolue. »

Toujours inspiré, dans le même élan, il parle du chaos. De l’ordre qui vient du chaos et de la lumière qui y est à l’intérieur. Pour lui, « seule la mort n’est pas chaotique parce qu’elle est plate et monotone. »

Les admirateurs de Franck

Costume bleu, cravate jaune, Me Jean-Henri Céant, ancien candidat à la présidence, est parmi les admirateurs de Frankétienne. Collectionneur des toiles du prolifique peintre, il voue une grande admiration à son ancien professeur qu’il considère comme un père et un ami. Quand il arrive, l’artiste lui ouvre grands ses bras. Quelques filets de larme glissent sur les joues de Me Céant.

« Frankétienne représente pour moi un homme de culture. C’est toute ma littérature. C’est un homme que j’ai suivi toute ma vie. C’est un père, un professeur, un ami. Il a été la révélation de ma jeunesse », dit le leader pour qui le maître à penser de la spirale, l’auteur de « Ultravocal », de « Mûr à crever », de « Pèlen tèt », est un immortel.

Caméra en bandoulière, Roxane Ledan (Taïno L), l’une des chevilles ouvrières de l’événement organisé par Ayiti Bèl, déclare : « Cette soirée d’hommage est organisée par Ayiti Bèl pour montrer surtout aux jeunes qu’en Haïti on a des repères ». Elle estime que toute société soucieuse de son plein épanouissement a pour devoir d’honorer tous ceux et toutes celles qui lui « ont apporté quelque chose de particulier, quelque chose qui a changé notre façon de penser. Et l’une de ces personnalités, c’est Frankétienne. »

Pour la directrice de l’Institut français en Haïti, Corinne Micaelli, « Franck est un artiste inclassable, extraordinaire. J’aime toutes les facettes de Franck : l’écrivain, le comédien, le peintre, le chanteur. J’aime tout chez lui. Je prends tout et sa manière d’interpréter les choses »
Claude Bernard Sérant

Voir en ligne : Le Nouvelliste







Accueil | Plan du site | info visites 319619

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SPORTS & CULTURE  Suivre la vie du site Arts & Culture   Politique de publication

Haitimonde Network